Le Hotel Pigeon Blanc à Forbach avec tradition 100+ ans
La Résidence Pigeon Blanc est totalement imprégnée dans l’histoire de Forbach depuis 150 ans. C’est un bâtiment d’époque épargné par les guerres et chargé d’amour.
Ce passé vous appartient. A vous de venir y vivre votre propre histoire…
La fin de la première guerre et l’entre deux guerres
Le 11 novembre 1918, le Général Passaga entre dans Forbach, acclamé par la foule. Louis Couturier, industriel forbachois francophile, est nommé maire provisoire. Il va administrer une ville qui connaît, à la fin de la guerre, bien des bouleversements.
En 1922, lors de la liquidation de leurs biens, le parc et le château du Schlossberg ainsi que le Burghof échoient à la commune.

La seconde guerre mondiale
Au début de septembre 1939, la population forbachoise est évacuée d'office en Charente et la mairie est déplacée à Angoulême, qui accueille de nombreux forbachois. Les mineurs sont envoyés dans le Nord et le Pas-de-Calais. Durant l'hiver, les troupes allemandes sont à Forbach.
A leur retour en septembre 1940, les forbachois retrouvent une ville peu endommagée mais pillée et sous le contrôle des allemands. En effet, Forbach est rattaché au «Gau Westmark», une subdivision administrative créée en 1940 par le régime nazi. Constituée de la Sarre, du Palatinat et de la Moselle annexée, sa capitale était Sarrebruck.

Ce n’est que le 13 mars 1945, soit 9 mois après le débarquement de Normandie, sept mois après la libération de Paris et après de très éprouvants combats, que Forbach est délivrée par les hommes du 276e régiment de la 70e division d’infanterie, appartenant à la VIIe armée américaine. La libération de la ville mettra fin à plus de cinq années de souffrances, de désespoirs et de deuils.
Le 20eme siècle
Le relèvement économique de Forbach a lieu dans l'immédiat après-guerre. En 1946, les Houillères sont nationalisées et dès la fin de cette année, la production de charbon a rattrapé celle d'avant 1939. Le siège de Simon s'équipe d'un matériel toujours plus moderne et sa courbe de croissance continue de progresser. De nouveaux puits sont exploités : Simon III en 1950 et Simon IV en 1951
L'usine de Marienau, dont la construction a été décidée par les Allemands pour l'hydrogénisation de la houille, devient une cokerie spécialisée dans le traitement des goudrons et une station expérimentale de recherches de la cokéfaction lorraine.

Les années 1980 à 2000
La ville, tournée vers la culture et les loisirs, s'est aussi équipée dans les années 1970-90 d'une piscine olympique, d'un nouveau complexe cinématographique et d'un centre d'animation culturelle qui héberge l'association «Forbach Action Culturelle» ainsi que la scène nationale «le Carreau». Le Burghof, transformé en centre européen des congrès, accueille désormais de nombreuses manifestations. Quant à la petite bibliothèque municipale, elle est devenue une superbe médiathèque de 2000 m².
La chapelle Sainte-Croix est un édifice de culte catholique érigé au XIIIe siècle sur le mont Sainte-Croix (Kreuzberg) à l’est de Forbach en Moselle. Par sa position, elle domine toute la boutonnière du Warndt et, des abords de la chapelle, le promeneur bénéficie d'une vue imprenable sur la région. La chapelle fait partie du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en provenance de Sarre et à destination de Metz.
Le château du Schlossberg se situe dans la commune française de Forbach, dans l'Est du département de la Moselle. Il s'agit également du nom de la colline où il est construit, transformée aujourd'hui, la butte-témoin sur laquelle s'élève la tour du même nom se trouve en avant du plateau de Gaubiving, élément avancé du plateau lorrain. Surnommée le mamelon vert, elle domine la ville de Forbach mais aussi la boutonnière du Warndt ainsi que les grands axes de communication entre Metz et les villes allemandes.

Ce passé vous appartient. A vous de venir et revenir y vivre votre propre histoire…

« Bienvenue dans la ville de Forbach à la Résidence Pigeon Blanc »
Myla Streiff
Hotel Pigeon Blanc
42, rue Nationale
57600 Forbach

+33 6 16 10 07 55
+33 3 87 85 23 05

Mail : myla.streiff@orange.fr
FACEBOOK
© MYLA